21:55
  21:54
11.12  12:07
03.12  16:10
02.12  17:19

~       - 201.12.08 -       2017 -       ӻ -      
 
                 ..                      


Chronique dune journe particulire - 2
- Issamy
-

08 10 2017 - 16:59


 

Le patriarche fit ses ablutions, et sen retourna rveiller son pouse, sa compagne dans la fortune comme dans linfortune. En ralit elle ne dormait plus, tellement le fracas, dont son poux faisait accompagner son rituel, pouvait atteindre mme les voisins. Ds quil et fini la prire du Soubh, tout en rejoignant sa couche mme le sol, il sadressa sa femme, sur un ton qui ne demandait ni permettait un autre avis que le sien:*i

Inchallah, lui dit-il, ce matin on mangera un peu de handiya (Figue de barbarie); tout lheure on rveillera Abdallah pour quil aille nous en chercher ce quil ya de bon sur le march.

../..

2 - Ds l'aube une chaleur intense

Lpouse, comme dhabitude acquiesa, tout en tant certaine que son opinion ne pserait rien dans la balance de sa dcision. Il sempara de son chapelet quil gardait toujours sa porte immdiate, prt son oreiller et lintercala entre son dos et le mur et sy adossa fermement. Il et un coup dil furtif son dentier qui baignait dans un grand verre deau et consulta sa montre de poche. Il est peine quatre heures et trente minutes. Aprs stre racl la gorge deux reprises, il commena grener son chapelet, tant pour tenir le compte de ses invocations de Dieu auxquelles il sadonnait assidment chaque matin, que pour battre en quelque sorte le rythme de ce rituel. Et puis lentement son esprit escalada les marches de son histoire. Il sarrta tour tour ses souvenirs qui lui restent de son pass lointain o il ft, comme ses concitoyens du douar, paysan quand sa terre avait besoin de ses services et contrebandier de tissus de part et dautre de la frontire algro-marocaine le reste de lanne, avant quelle ne ft dfinitivement ferme par la construction de lignes de fils de fer barbels lectrifies et de champs de mines meurtrires. Son douar, il ne lavait quitt que depuis une dizaine dannes. Ce ne fut pas par ncessit denvoyer ses enfants lcole, comme cest le cas des ruraux daujourdhui ; mais parce quil en fut chass par sa propre terre qui a t dpasse par le nombre de bouches nourrir et dclara forfait. Le blocus continental que la France instaura tout le long des frontires de lAlgrie avec ses voisins lest et louest (ligne Morice), conforta sa dcision. Il avait les yeux mcaniquement fixs sur la porte grand ouverte comme la seule fentre de la chambre, lair contrari, car il ny avait pas le moindre soupon dune brise attnuant cette fournaise, cependant rsign la volont suprme de Dieu qui, tait-il convaincu, gre la vie des hommes selon son souverain gr. Quand il sagissait de signifier le paroxysme de la chaleur dune journe, il usait souvent de cette formule lapidaire : mme les oiseaux sabstiennent de voler dans le ciel. Ce matin, il pensait quils noseront mme pas mettre le bec hors du nid. Dailleurs, il entendait dj les cigales qui spoumonaient se plaindre et remplaaient les gazouillis des oiseaux.

Une chaleur de cette intensit navait dans sa mmoire que lcho dune journe qui remontait lpoque o lui et sa terre faisaient encore bon mnage et se satisfaisaient lun de lautre. Il se voyait encore, second de son pouse et de ses enfants les plus vigoureux, moissonner son champ dans une atmosphre qui ressemblerait un enfer se partageant parts gales entre le ciel et la terre. Et qui de plus, circonstance aggravante, ctait durant le mois de ramadan, priode de jene obligatoire dans la religion musulmane. Non seulement il leur en fallut deux fois plus de temps et un effort surhumain pour en venir bout de leur tche, mais ils durent rompre le jeune en se dsaltrant de quelques menues gorges dune eau presque aussi chaude que celle quils utilisaient pour prparer le th. Il navait dautre choix, contre le risque quil mette sa propre famille et lui-mme en danger physiquement, que la dsobissance Dieu. Avec tout ce que cet acte lui causait de mal psychologique, de remord, davilissement pour stre inclin face un besoin corporel, une faiblesse physique qui le hantera toute sa vie durant. Ne pas jener cest le comble du pch mme si Dieu est clment et misricordieux. Dieu est clment envers lui, mais pas lui envers lui-mme. Il stait dtest, il stait cach pour accomplir lirrparable psychologiquement. Des annes plus tard, il navait cess de penser cet acte ignoble son sens, et pourtant qui ne dpassa pas quelques gorges deau chaude et mme si, comme le veut la loi islamique, depuis, il avait rcupr le jour non jen des centaines de fois.
____________________________
* Pour ceux qui n'ont pas lu le 1er pisode de "Chronique dune journe particulire" :
suivre




294

AHFIR A LEPREUVE DE SON CALIFE - 2..
AHFIR A LEPREUVE DE SON CALIFE Episode II : Le monsieur propre Devant l..
Issamy..


AHFIR A LEPREUVE DE SON CALIFE : Il por..
AHFIR A LEPREUVE DE SON CALIFE x CHATAR dans la langue arabe signifie celui..
Issamy..


: .....
__ " ..
__..


..
(13)* ..
..


..
ǡ .. ..
..


#_ ..
..
..


: ..
. ..
..




ڡ



 
 



 

© 2017 - ahfir.eu
contact@ahfir.eu

: . ,