21:55
  21:54
11.12  12:07
03.12  16:10
02.12  17:19

~       - 201.12.08 -       2017 -       ӻ -      
 
                 ..                      
..

Bientt le temps des wadat
- Issamy
-

07 09 2017 - 07:53


 

Bientt le temps des wadat

En ce dbut de septembre, mme sil y a fort longtemps que je nai assist une wada, je me suis remmor ces rituels annuels qui se tiennent au dbut de la saison dautomne. Aprs les chaleurs dt et leur cortge des crmonies de mariages, baptmes, et autres festivits et sadakat, voici venu le temps des festivits collectives et communautaires.x

Plac dans sa langue dorigine, le mot wada renvoie la racine ( ). Ce qui signifie promettre. Donc, wada est un substantif forg pour signifier le moment de tenir la promesse. Une promesse que lon soblige dhonorer, sans pour autant connatre ni lorigine, ni les circonstances historiques de sa formation. Tout au plus on se fie des lgendes mythifiant le contexte qui a vu natre cette pratique et le destinataire de ce rituel, qui est souvent un anctre sanctifi ou un(e) saint(e) patron dune communaut tribale ou dun lieu disposant de ressources hydriques ou autres bnfiques pour la communaut environnante.

Il sagit, ainsi, dune pratique bien dtermine dans le temps et lespace et ayant pour objectif de rendre grce en signe de gratitude pour les bienfaits reus, certes de Dieu, mais dont ce personnage historique fut lintercesseur ternel incontournable auprs de Lui. Il pourrait aussi bien ne sagir que dun culte vou lanctre.

Organiser une wada cest par consquent honorer un engagement pris collectivement et qui sest formalis au cours du temps et devenu un hritage qui se transmet de gnration en gnration. Mais comme, gnralement, une promesse nest jamais unilatrale et sans contrepartie, il faut dire quelle est la rsultante dune alliance entre le saint et les membres de la communaut. Le premier protge les seconds et leur prodigue ses faveurs, en retour, ceux-ci lui vouent un culte qui se matrialise de diffrentes manires dont le principal est lorganisation dun sacrifice selon un rite perptu travers les gnrations. Une fois le culte accompli la communaut se sent en droit desprer obtenir du Saint honor protection et bienfaits qui lui manquaient.

Nos wadat sont vraisemblablement laboutissement actuel dun processus dont les origines remontent la nuit des temps et donc lpoque o les hommes, dans leur faiblesse face aux forces de la nature, staient ingnis trouver la faon de se les rconcilier et mme de les attendrir pour bnficier de leurs faveurs grce lintervention, auprs de la divinit, dun ou plusieurs anctres, comme si la mort na nullement altr leurs rapports. En guise de contrepartie de ces bienfaits, les hommes sengagent honorer leurs bienfaiteurs en leur offrant le sacrifice qui convient leur rang. Le monothisme, avec toutes ses forces unificatrices du culte au profit de Dieu dans son unicit absolue, na pu en venir compltement bout. Les survivances de cette pratique se sont adaptes au monothisme dans une sorte de syncrtisme qui na cess de se nourrir de la tradition en la justifiant par sa proximit des pratiques sacrificielles des religions monothistes.

En effet, quand un culte est supplant par un autre qui lui est suprieur, mais qui comporte, tout de mme, des rituels qui lui sont proches, ceux du culte vainqueur laissent une certaine place ceux du culte vaincu, qui sont de la mme parent ou ont un objectif similaire. Cest ainsi que lIslam, par exemple, na pas compltement et entirement aboli le rite sacrificiel. Il a dclar illicites les rites qui le prcdaient et qui saccomplissaient en lhonneur des divinits locales, en les remplaant par le sacrifice abrahamique, qui est un tmoignage de pit envers Dieu.

Comme le sacr nest pas labri de lvolution des murs, la wada, qui tait au dbut le signe dune dvotion tmoigne essentiellement par le versement du sang dune ou de plusieurs victimes, sest mue au gr des innovations. Le symbolique fut alors enfoui sous des couches de conduites festives et de rjouissances ajoutes au fil du temps. De sorte que de nos jours seuls les aspects festif et crmonial mobilisent les membres de la communaut organisatrice de la wada.

Beaucoup deau a coul sous les ponts et lesprit du pacte (wad) a presque disparu, sauf peut tre dans quelques esprits superstitieux qui continuent faire crdit des lgendes inventes par la sagesse populaire pour encourager lhomme faire face aux alas de la vie. Seule la forme de la pratique des festivits et des rjouissances a survcu et sest mme enrichie dactivits folkloriques divertissantes puises dans le cru de la culture locale pour lui conserver un cachet traditionnel au milieu des altrations et des bouleversements qui accablent la vie de lindividu.

Dans les milieux o la religion a fortement recul sous les coups de boutoir de la modernit, tout indique que les pratiques sacrificielles et tous les rituels qui taient organiss en hommage aux dieux, se sont mus en manifestations voues glorifier les nouveaux dieux rvls par la matrialit.

De pacte avec les saints ou les anctres, la wada a volu vers un rituel profane destin rassembler, pour se retrouver, changer, communiquer et resserrer les liens sociaux. On ne peut donner meilleur objectif une manifestation collective. Pour notre bonheur, elle est sacre patrimoine culturel prserver et dvelopper vers plus de complicit entre les hommes de divers horizons.




568

: ..
ѡ ..
..


..
..
..


..
(1963-1967) . ..
..


..
ѡ ..
..


: ..
: () : ..
..


..
6 ..
..


..
42 ..
..




ڡ



 
 



 

© 2017 - ahfir.eu
contact@ahfir.eu

: . ,