"/> ">


               


  12:13
22.05  20:43
21.05  13:00
20.05  17:17
20.05  16:48
 
                 ..                      


!
-
-

08 01 2017 - 16:53


 

2008 . .
... ... ... ...
... ...
( .)

. / .


Quels beaux souvenirs d'Ahfir !
Par Lakhdar KERZAZI*


Encore enfant frivole, je me souviens des belles nuits de "Ramadhan" o une fois le "ftour" termin, nous sortmes la rue pour jouer le "Dlivr" c'tait notre jeu prfr durant tout ce mois sacr. On se partageait en deux groupes pour nous disperser dans diffrents coins de notre quartier.C'est alors que commenait le guet. Tout joueur qui se faisait dcouvrir par son antagoniste serait considr comme prisonnier et c'est son groupe de le dlivrer ...Les adultes avaient eux aussi leurs occupations.Les cafs regorgeaient de joueurs de "ROUNDA".

on n'y entendait que : l'As; dos; tris, sota... quant aux femmes, celles-ci ne trouvaient mieux que de se runir avec leurs voisines autour d'une table pour relater toute nouvelle frachement cueillie en sirotant un verre de th la menthe et en dgustant la "zlabia".

Nous joumes sans arrt jusqu' ce que nous entendmes la "Ghaita" de cheikh El Bachir

Annonant l'heure du "S'hour" et dont l'cho trs sonore aurait rveill les morts.Ainsi se terminaient toutes les soires de Ramadhan.

Mes souvenirs me portent aussi sur un autre loisir qui est le cinma. On ne ratait gure les films hindous et ceux d'Hercule ou Spartacus. A l'cole ABOU EL ALAA, nous avions un surveillant trs dur appel GAAMOUSSI Abdelouahab.

A l'exception des weekend, ce dernier s'offrait le pouvoir de nous chasser de la salle de cinma "DIRIVOU" ds le lancement du film sous prtexte que cela faisait partie de ses prrogatives. A l'cole et au moment de l'absence du matre;il entrait avec une planche sa main et nous intimait d'crire la dicte dite de "MERIMEE".

Toute faute constate valait un coup de planche. C'tait la plus difficile des dictes jamais connues l'poque. Donc, nous fmes tous punis.
Hommage tous les pionniers de ma gnration, ceux qui se sont clipss dans la nature en ne me laissant derrire eux que des souvenirs ineffaables...

Et pour finir je reprends ce que disait Henri Bergson dans (matire et mmoire): "La mmoire-souvenir enregistre sous forme d'images-souvenirs tous les vnements de notre vie quotidienne mesure qu'ils se droulent; laisse chaque fait, chaque geste, sa place et sa date. La mmoire-habitude ne nous reprsente plus notre pass, elle le joue."
A bientt et merci.

__________________
* publi sur le site "collge sidi mohammed ben Abderrahman et repris sur ahfir.com le 18 janvier 2008 -
La premire que M.Kerzazi avait particip au site collge d'ahfir, il s'est prsent de la manire suivante: Je vous salue ! Je suis Algrien et ancien lve du collge. J'avais presque inaugur ce lieu de savoir o je m'tais ressourc satit. C'tait durant les annes 64. J'en garde un souvenir inoubliable
de mes camarades de classe tel KENBA abdelhafid, OURIMCHI Abdelkader, BOUZIDI abderrahmane et tant d'autres dont j'ai oubli le nom. Je mappelle : KERZAZI Lakhdar un as des mathmatiques. Mes contemporains pourraient se souvenir de moi.
Mr GHOUL houcine tait l'un de mes prof de maths. Un certain BOURSSIAC tait mon prof de gographie et Mr PESTRE tait mon prof de franais.
c'tait le 18.05.2007





729

..
..
..


" " ..
..
..


..
..
..


..
..
..


..
..
...


..
- . ..
..


..
. ..
..




ڡ



 
 



 

© 2017 - ahfir.eu
contact@ahfir.eu

: . ,