17:40
26.02  13:56
26.02  13:54
26.02  13:54
26.02  12:37
 
                 ..                      


..
-
-

07 01 2017 - 10:54


 

2008 " ". . . . ڡ .


. / .


Il tait une fois: L'oued Kiss
Par Lakhdar KERZAZI *


Cette rivire qui ceint la partie nord d'Ahfir, appele communment : OUED KISS se voulait toujours charmante et attractive. Son eau si limpide et bleutre se dverse doucement travers les galets d'o elle tire sa couleur. Dans son lit, frtillaient de petits poissons qu'on pouvait distinguer la clart du jour et qui semblaient tre apprivoiss leurs visiteurs.Sur sa rive Ouest, une fontaine intarissable faisait le bonheur des chercheurs d'eau potable qui s'y rendaient dos de mulets ou bord de carrioles.

Ds les premires lueurs du jour, les Ahfiriennes ; accompagnes de leur progniture, dvalaient dans un brouhaha confus, la petite descente jouxtant "Ghar giffa" (la grotte des charognes) le plus pauvre quartier de la ville, tenant sur leurs ttes une lessiveuse et sur leurs dos, des ballots de linge sale qu'elles devraient inexorablement laver l'eau abondante.

En amont, sur une longueur d'une centaine de mtres, les laveuses se positionnaient pour entamer leur besogne tout en se lanant dans des discussions creuses et interminables. Rien ne pourra arrter les langues si elles commencent aller leur train.

De temps en temps, des bagarres inopines s'clatrent par ci par l, la suite d'change de propos violents ou pour une simple msentente sur la teneur d'un sujet absurde. Toutefois, par moments intermittents, des youyous parvinrent de ces espaces noys l'arrive d'une bonne nouvelle frachement reue.

Tenus assez loin par les interdits moraux, de jeunes badauds , munis chacun d'un petit poste radio dont le volume de son est actionn fond, s'exhibaient dans un snobisme triqu, tout en dambulant le long de la rivire.

Le gazouilli des oiseaux ml au raclement de l' eau sur les pierres et le coassement des grenouilles se confondent pour composer une symphonie concertante. En aval, Miloud BOUJLOUD, un marchand de peaux de moutons, s'enfonait dans le cours pour laver la laine d'o se dgageait une odeur de musc ovin.

Sur l'autre rive, une orangeraie du sieur HENNI se distinguait dans les bancs de mimosas pineux qui la ceinturaient en forteresse inexpugnable. Toujours sur cette rive, des enfants frivoles surveillaient impatiemment leurs traquenards et accoururent chaque bonne prise.

Tous ces gens, avec leur modestie prcaire, demeurent gais et insouciants malgr l'existence d'une vie ingale et mmorable par ses vicissitudes.

Aujourd'hui, cet oued est mort mais il n'est pas encore enterr. Il finira bien par recouvrir son lit originel. Ses pierres y sont toujours; elles se reconnaissent...

_____________________________________
* (Souvenirs) - L.KERZAZI le 02/02/2008
copi du site collge de sidi Mohamed ben Abderrahman (collge d'Ahfir l'poque)







739

....
..
..


..
! ϡ..
..


..
.... !! ... ..
..


" " ..
" " ..
..


..
..
( ..


[ ] ..
[ ] ..
..


()..
* ..
( ..




ڡ



 
 



 

© 2017 - ahfir.eu
contact@ahfir.eu

: . ,